Stenay avant-après

Porte de la citadelle

Rue de la Citadelle et Porte de France
Rue de la Citadelle avec dans le fond, la porte d’accès aujourd’hui disparue.
Rue de la Citadelle en 2015
Rue de la Citadelle sans sa porte.

Le bâtiment, au bout de cette rue, était aménagé en Casino. Le Kronprinz et sa cour venaient y batifoler. Quelques Stenaisiennes ont eu le privilège d’y être invitées.

STENAYCASINOcasino-stenay

 Vue aérienne du terrain d’aviation situé au sud de la route Stenay-Baalon. Il semble que ce terrain utilisé par les Allemands, existait déjà avant la guerre. Le célèbre Hermann GOERING y séjourna quelque temps. En bas, à gauche ; les casernes Chanzy.terrain-av-1918terrain-av-2014

Stand de tir entre Stenay et Mouzay. Il ne reste plus que ce local et un mur au fond du stand. C’est au droit de cette installation que la 3e division a traversé la Meuse, le 26 août 1914, lors de la retraite française.

stand-de-tirstand-tir

Château des Tilleuls qui abrita le Q.G. du général De LANGLE de CARY, du 19 au 23 août 1914 puis celui du Kronprinz impérial, de septembre 1914 à février 1918. Soufflé, en 1940, par une charge d’explosif trop puissante lors de la destruction du carrefour routier à proximité , il fut reconstruit dans une taille plus modeste après 1946. La terrasse et le soubassement sont d’origine.

chateau-tilleuls-20chateau-tilleuls-31

Destruction de l’horlogerie-bijouterie COLLIGNON. En voyant les lettres restantes HO, le photographe a pensé qu’il s’agissait d’un hôtel. Les Allemands prétendent que le bâtiment a été détruit lors d’un bombardement aérien français ; les Français affirment qu’il a été incendié par les Allemands après pillage.

Horl-bij-stenay01horlogerie-stenay

12 réflexions sur « Stenay avant-après »

  1. Bien , le site;je ne regardais que le passage de la Meuse,c.à.d ce qui nous interpellait;vus prés de Pouilly,grande discussion…Fort du Chénois. Bravo pour la quête de doc, ainsi que pour les cartes renseignées…S C.M

    1. Oui je me rappelle de notre rencontre imprévue. Le monde est petit. Bravo à vous aussi pour vos recherches.Cordialement … AC

    1. Merci Cécile, ça te donnera l’occasion de refaire un petit tour dans la ville pour retrouver les endroits.

  2. bonsoir,
    Pouvez-vous me dire quelle usine existait autrefois à l’adresse actuelle 16 avenue du 18 ème BCP ?J’ai vécu dans cette maison depuis 1955 jusqu’à 1970 et mes parents y vivent encore .
    Merci

    1. Re,
      Après recherche, il s’agissait des aciéries Sambre-et Meuse qui ont été détruites par les Allemands en novembre 1918. Je mettrai un avant après de cette installation dans quelque temps.

  3. Bonjour,
    Je viens de regarder avec grand intérêt votre page sur l’histoire de Stenay pendant la Grande Guerre et aurais une ou deux petites questions au sujet du cimetière militaire allemand. Sauriez vous situer avec précision son emplacement et auriez vous des renseignement au sujet du relèvement des tombes qui y étaient ? Enfin, dans le cadre d’une étude en cours, je suis à la recherche de tous renseignements sur le devenir des soldats morts en captivités dans la caserne Chanzy (français en 1914 et 1940, puis allemands de 1944 à 1948/49).
    Merci par avance de votre aide précieuse.
    Cordialement

    1. Bonjour,
      Je dois avoir quelque chose sur mon DD ; il faut que je recherche.
      Je reprendrai contact avec vous, par mail, lorsque j’aurai les éléments.
      Cordialement,
      A.C

    2. Bonjour Adam,
      On pourrait echanger sur le sujet car mon arriére grand père était prisonnier et bléssé à Stenay.
      Il est enterré au cimetière avec les 183 autres noms inscrits sur la stèle.
      Cordialement
      Mickael

  4. C’est toujours émouvant de connaître l’histoire qui se cache derrière les bâtiments que l’on croisent tous les jours…

    1. Bonsoir,
      Oui ! et à Stenay, on est particulièrement gâté. Il nous reste des vestiges datant du moyen-âge.
      Fraternellement,
      Alain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Au combat ou sous l'occupation ; Haut les coeurs !

Back to the top