Le monument aux morts (3/4)

Le monument aux morts de Stenay
3e partie

5.) Le financement du M.A.M.

Le prix du monument est couvert jusqu’à 21859.6 F, provenant de collectes, fêtes, vente d’insignes, intérêts du compte en banques relatif au monument, au 31 décembre 1921.

La subvention gouvernementale dont les coefficients de calcul sont exposés, ci-après, figure certainement dans le budget ci-dessus mais il n’en est fait mention nulle part. Pour info, Stenay dénombre 136 morts pour la France pour une population estimée à 2728 personnes au recensement 1911.

Loi31juillet1920Art811Loi31juillet1920Art81Bareme11Loi31juillet1920Art81Bareme21Ce budget intègre vraisemblablement l’encaissement du solde de fourniture de charbon livré aux Américains d’une valeur de 619.35F ainsi que le reliquat de vente de sucre et de charbon pour une somme de 109.9F et 334F ; soit un total de 1063.25F.

Ces sommes forment un reliquat net de ventes, faites sous l’administration précédente, alors que le commerce libre n’était pas à même de satisfaire les besoins du public, et ne peuvent entrer dans le budget ordinaire. En conséquence, le conseil municipal vote le versement de cette somme au trésorier du comité du monument.

8419.5F proviennent du boni de la vente de charbon, dont l’affectation a été décidée par délibération du conseil municipal le 23 décembre 1921. Ladite somme est versée au compte hors budget dans la caisse du receveur municipal. Il est à noter que lors du passage de commande à Monsieur JOUANNEAULT, l’affectation du boni charbon n’était pas encore accordée et que la municipalité se donnait la possibilité de voter une somme égale, à prendre sur les fonds disponibles, en cas de refus.

L’ensemble : 21859.6 + 8419.5 = 30279.1F
Cette somme couvre le coût du monument à concurrence de 30000F, le surplus devant servir de somme à valoir pour imprévisions, s’il y a lieu.

6.1.) Implantation

Il a été décidé par le comité et approuvé par le conseil municipal, que le monument serait érigé sur la place Jules FERRY. En dépit du fait que cette place n’apparaît pas spacieuse, elle offre l’avantage d’être située à proximité de la grand-route et loin des endroits qui demeurent le théâtre de fêtes répondant peu au sentiment de respect éternel dû aux morts de la ville.

IMG_2265

6.2.)Inauguration

Initialement prévue le 11 novembre 1922, puis ajournée pour cause d’incompatibilité avec le programme des officiels, l’inauguration du monument aux morts de Stenay s’est tenue, le 12 août 1923. De nombreuses personnalités assistaient à cette cérémonie présidée par Monsieur POINCARÉ, Président du conseil, accompagné de MM. André MAGINOT, ministre de la guerre, Louis FRANCHET d’ESPÈREY, maréchal de France et ancien commandant du 18e B.C.P., et Henri CHARLOT, maire de Stenay et conseiller général. On notait également la présence de MM. CHEVALIER, sénateur, de LARDEMELLE, général, REVAULT, LECOUTURIER et FERRETTE, députés, MAILLARD fils, sous-préfet, MAILLARD père, conseiller général, GERBEAUX, président des médaillés militaires, HENRION, président cantonal des anciens combattants, ainsi que quelques maires et autorités de la région.

Un banquet de 200 couverts fut servi aux convives, dans l’école des filles. À l’issue de ce déjeuner et après l’inauguration de la plaque Albert TOUSSAINT dont on reparlera plus tard, le Président et sa suite se dirigèrent vers la place Jules FERRY (place de la Poste) où un attroupement très dense les attendait. Les honneurs militaires furent rendus par un bataillon du 51e régiment d’infanterie coloniale.

De nombreuses personnalités prirent la parole pour glorifier les enfants de Stenay, morts pour la France, victimes de la barbarie allemande.
Le Président POINCARÉ profita de cette occasion pour justifier, dans un long discours, les revendications françaises à propos des dommages de guerre et du respect du traité de Versailles que les Allemands contestaient.

inaug-mamInauguration du monument aux morts, le 12 août 1923, en présence de Raymond POINCARÉ, président du conseil, André MAGINOT, ministre de la guerre, Louis FRANCHET D’ESPÈREY, maréchal de France, Henri CHARLOT, maire de Stenay et conseiller général.

Sources :

  • A.M. Stenay
  •  FORUM 14 18
  • GALLICA BNF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *