Marqueurs de la 5e U.S.D.I.

Inventaire des marqueurs de la 5e U.S.D.I. en France
RED DIAMOND DIVISION

drapeau_usa1
logo-5e-usdi

Organigramme de la 5th U.S. division.
  • 1re Armée
    •  3e Corps d’Armée
      • 5e division (Maj. Gal Mc Mahon, Maj. Gal H.E.ELY)
        • 9e brigade d’infanterie (Brigadier General J.C. CASTNER)
          • 60e régiment d’infanterie
          • 61e régiment d’infanterie
          • 14e bataillon de mitrailleuses
        • 10e brigade d’infanterie (Brig. Gal W.H. GORDON Brig. Gal P.B. MALONE)
          • 6e régiment d’infanterie
          • 11e régiment d’infanterie
          • 15e bataillon de mitrailleuses
        • 5e brigade d’artillerie de campagne (Brig. Gal C.A.F. FLAGLER)
          • 19e régiment d’artillerie de campagne
          • 20e régiment d’artillerie de campagne
          • 21e régiment d’artillerie de campagne
          • 5e batterie de mortiers de tranchée
        • 7e régiment du génie
        • 30e bataillon de mitrailleuses
        • 9e bataillon de transmission de campagne
        • 7e train du génie
        • 5e train de fournitures
        • 5e train de munitions
        • 5e train sanitaire
          • Hôpitaux de campagne n° 17, 25, 29 et 30
          • Compagnies d’ambulance n° 17, 25, 29 et 30
Histoire de la 5e division US

La 5e U.S. division fut activée officiellement, le 1er décembre 1917, à fort Logan, près de Houston au Texas. Elle arriva en France, dans sa totalité, le 1er mai 1918.

À partir du 15 juillet, la 5e U.S. division se porte dans les Vosges, où elle relève la 62e division française dans le secteur de Saint-Dié. Elle parfait sa formation de guerre de tranchées et participe à quelques coups de main, en collaboration avec les troupes françaises.

La 5e U.S.division se voit confier pour son premier vrai engagement, la prise de Frapelle et de la Cote 451, au nord du village. Elle opère au sein du 33e corps de la VIIe armée française. Le 17 août 1918, l’assaut est lancé après une énorme préparation d’artillerie.

Le 18 août, Frapelle et la cote 451 sont enlevés par la 5e U.S. division. Toutes les contre-attaques allemandes sont repoussées.

Le 28 août 1918, la 5e U.S. division reçoit l’ordre d’intégrer la 1re armée américaine en cours d’organisation. Sa première mission consiste à réduire le saillant de Saint-Mihiel qui forme une hernie dans les lignes françaises entre Verdun et Pont-à-Mousson. Après une période de formation, la division se porte sur le secteur où elle aura à intervenir. Pour éviter de se faire repérer par l’ennemi, les déplacements s’effectuent de nuit.

Pour cette opération, 14 divisions sont requises. La 5e U.S. division reçoit pour mission d’opérer à l’extrémité droite de la pince. Son objectif est  le village de Viéville-en-Haye.

Le 12 septembre, l’offensive est lancée. Le 15, le saillant de Saint-Mihiel est conquis par la 1re armée américaine. Du 17 au 27 septembre, la 5e U.S.division est mise au repos,  en arrière de son ancien secteur, au sud-est de Domèvre.

Le 26 septembre 1918, le maréchal FOCH, commandant en chef des armées alliées de l’Ouest, lance une offensive générale sur tout le front, depuis la mer du Nord jusqu’aux Vosges. La 1re armée américaine se charge du secteur Meuse-Argonne en direction de Sedan, la seconde armée prend le secteur de la Woëvre en direction de Metz. La liaison entre les deux armées est assurée par le XVIIe corps français. La liaison à droite de la 1re armée est assurée par la 4e armée française du général GOURAUD. Partout l’ennemi recule.

L’offensive Meuse Argonne se déroule en 3 phases. La 5e U.S. division ne participera qu’à partir de la deuxième phase.

 Le 27 septembre, la 5e U.S. division se porte sur Pagny-sur-Meuse, à l’ouest de Toul. Le 2 octobre, elle embarque pour Souilly puis sur Blercourt-Nixéville pour se rapprocher de la ligne de front où la 1re armée américaine pilonne l’ennemi. Le lendemain, elle se rend au bivouac en forêt de Hesse, à l’ouest de Verdun et à vingt kilomètres du front où les divisions américaines en action repoussent les Allemands au nord de Montfaucon, Cierges, Nantillois et Septsarges.

La 5e division est mise en réserve du IIIe corps d’armée, derrière les 4e et 80e divisions qui opèrent à l’ouest de la Meuse. Après quatre jours, la division reçoit l’ordre de relever la 80e U.S.D.I., dans un secteur étroit qui s’élargit vers le nord, incluant Brieulles et Bantheville. La ligne de front se trouve au voisinage de Cunel et du bois de Fays.

marks-hollisterLe 12 octobre, la 80e U.S. division est relevée. Aussitôt en ligne, la 5e U.S. division envoie des patrouilles pour nettoyer Cunel, le bois de Pultière et le bois de Forêt. Un terrible tir de barrage oblige les patrouilles à se replier. Le 1er lieutenant Willoughby MARKS et le 2e lieutenant Georges M. HOLLISTER, du 61e d’infanterie,  sont tués lors de cette opération. Une stèle est érigée au bois de Forêt, à quelques dizaines de mètres d’un blockhaus allemand. Le 2e lieutenant Alfred G. SUDBOROUGH du 14e bataillon de mitrailleuses, est mortellement blessé.

Le 14 octobre, la 5e U.S.division lance une attaque sur le bois de la Pultière et sur le bois des Rappes. Ces positions très fortement organisées, résistent aux assauts américains ; les pertes sont énormes. Les jours suivants, les opérations sont réitérées sans plus de succès. Durant six jours, de terribles combats se déroulent dans le bois des Rappes que l’ennemi tient fermement.

Le 21 octobre, c’est par une attaque surprise que la position est enlevée à l’ennemi, après une courte préparation d’artillerie. La contre-attaque allemande qui suivit fut immédiatement stoppée par un tir de barrage bien anticipé. La collaboration avec la 3e U.S. division qui conquit le bois de Clairs Chênes, fut la clé du succès. Le capitaine HARRYS du 6e génie (3e U.S.D.I.), auteur d’un exploit extraordinaire, est tombé au cours de cette action. Une stèle a été érigée  à quelques dizaines de mètres du lieu de son sacrifice.

harrysharrys-02

Le 24 octobre, la 5e U.S. division est chargée de reprendre le secteur tenu par la 3e U.S.D.I au-dessus de Brieulles en direction générale de Cléry-le-Petit, Cote 261, Cléry-le-Grand, bois de Babiemont, Aincreville. Sur sa droite, la division se lie avec la 15e D.I.C française et sur sa gauche avec la 80e U.S.D.I. Les limites de la 5e U.S.D.I. sont la Meuse à droite et le bois des Rappes, Aincreville et bois de Babiemont à gauche.

Jusqu’au 31 octobre, la division enlève quelques villages qui bordent la Meuse. Tous les ponts sur la rivière et sur le canal sont détruits, la rive droite de la rivière est fortement défendue par l’ennemi.

Le 1er novembre, la troisième phase de l’offensive Meuse-Argonne débute. La 5e U.S.D.I. reçoit pour mission de traverser la Meuse et d’établir une tête de pont pour l’armée, sur la rivière, et d’ouvrir la route vers l’Est et vers le Nord en direction de Montmédy et de Longuyon.

Le secteur dans lequel la 5e U.S. division doit forcer le passage de la Meuse et du canal est limité par Dun-sur-Meuse et Vilosnes. Dans cette région, la vallée plate et ouverte offre à l’ennemi, placé sur les hauteurs à l’est et au nord de la rivière, un champ de vision formidable. Il est impossible de trouver des points de passage abrités.

Une première tentative est réalisée le 1er novembre dans les environs de Brieulles-sur-Meuse. C’est un échec. Les succès de la 90e U.S. division du côté de Villers et du bois de Sassey, vont soulager le flanc de la 5e U.S. division.

Le 3 novembre, la cuvette de Doulcon est aux mains de la 5e U.S. division qui occupe toute la rive gauche, depuis Dun jusqu’à Vilosnes.

À l’aube du 3 novembre, un détachement du 6e U.S. R.I et du 7e Génie réussit à traverser la rivière, mais l’ennemi réagit et ouvre un feu violent sur la plaine et sur le village de Brieulles. À l’est de la Meuse, les Allemands se replient en toute hâte, encombrant les routes et les chemins.

Dans la nuit du 3 au 4 novembre, le canal est franchi par un détachement du 6e U.S.R.I. Une tête de pont est établie ; le bois de Chatillon est nettoyé. Un second passage est créé entre Cléry-le-Petit et Liny pour la traversée de la 9e brigade U.S. et l’attaque des cotes 260 et 292.

Après la traversée de la Meuse et du canal, la 5e U.S. division continuera sa progression jusqu’au Loison, qu’elle atteindra le jour de l’armistice.

Monuments de la 5e division dans le secteur de Saint Mihiel.

1. Du côté nord de la route Thiaucourt-Régnieville, à 200m au nord de Régnieville.
Coordonnées : N 48° 54′ 37.6″ E 5° 55′ 41.3″

Inscription : Ce monument marque le point de départ de l’offensive américaine sur le saillant de Saint-Mihiel, le 12 septembre 1918, dans le secteur de la 5e U.S. division commandée par le général E. Mc MAHON

2. À la sortie est de Vieville-en-Haye, du côté nord de la route
Coordonnées : N 48° 56′ 37.3″ E 5° 55′ 47.1″

Inscription : Vieville-en-Haye, capturé par la 5e division américaine lors de l’offensive du saillant de Saint-Mihiel, le 12 septembre 1918. À cette date, la ligne de front de la 5e division était établie à trois kilomètres au nord de ce point.

3. Sur la route de Limey à Montauville, à l’est de Limey .
Coordonnées: N 48° 53′ 23.2″ E 4° 55′ 49.7″

Inscription : Ce monument marque l’endroit où se trouvait le quartier général de la 10e brigade, 5e U.S. division, au début de l’offensive américaine sur le saillant de Saint-Mihiel, le 12 septembre 1918.

Monuments de la 5e division dans le secteur de Frapelle

1. Dans Frapelle, en face de l’Hôtel de ville.
Coordonnées : N 48° 17′ 43.5″ E 7° 04′ 05.6″

Inscription : Frapelle, capturé par la 5e division américaine, le 17 août 1918, marque la première offensive de cette division. Ce fut la première opération offensive entreprise par les troupes américaines sur le front des Vosges.

Monuments de la 5e division dans le secteur de  Meuse-Argonne

1. Sur la route de Cunel à Nantillois, au point 10.0-84.6.
Coordonnées : N49° 19′ 47.4″ E 5°07′ 09.2″

Inscription 1 : Flanc gauche de la 9e brigade d’infanterie américaine, 5e U.S. division,  après la relève de la 80e division et du bataillon gauche de la 4e division, les 11 et 12 octobre 1918.
Inscription 2 : Flanc droit du départ d’attaque de la 5e U.S. division, le 14 octobre 1918.

2. Cimetière militaire de Romagne, au point 07.5-84.0. (borne détruite)
Coordonnées : N49° 20′ 01″ E 5° 05′ 19.5″

Inscription 1 : Ce point marque la limite ouest de la 5e U.S. division lors de l’attaque du 14 octobre 1918 de l’offensive Meuse-Argonne. Le cimetière national est situé sur un terrain enlevé à l’ennemi, ce même jour, par la 10e brigade d’infanterie de la 5e U.S. division.
Inscription 2 : La 10e brigade d’Infanterie a passé Romagne situé hors du secteur de 5e U.S. division et déjoué les manoeuvres sur l’est tandis que les éléments du 7e génie de la 5e U.S. division, agissant comme l’infanterie, sont entrés dans la ville par le sud, à 11 heures, le 14 octobre 1918, et ont facilité la progression de la division voisine.

3. Au centre de Cunel,  au point 10.0-85.0. (borne détruite)
Coordonnées : N 49° 20′ 09″ E 5° 06′ 55.6″

Inscription 1 : Cunel capturé le 14 octobre 1918, par le 60e régiment d’infanterie, 9e brigade d’infanterie, 5e U.S. division commandée par le major-général John E. Mc MAHON,
Inscription 2 : Cunel, poste de commandement de la 5e U.S. division pendant le passage forcé de la Meuse, les 3 et 4 novembre 1918, lors de l’offensive Meuse-Argonne.

4. Bantheville, bois des Rappes, au point 08.6-87.0.
Coordonnées : N 49° 21′ 07.9″ E 5° 05′ 58.4″

Inscription 1 : Le major D. RIVET commandant le 3e bataillon du 61e régiment d’infanterie fit le sacrifice de sa vie dans l’attaque du bois des Rappes, le 15 octobre 1918.
Inscription 2 : Bois des Rappes capturé par le 11e régiment d’infanterie, 10e brigade, 5e U.S. division, le 21 octobre 1918, lors de l’offensive Meuse-Argonne.

5. Sur la route de Brieulles à Dannevoux, le long de la rivière, au point : 16.3-83.8.
Coordonnées : N 49° 19′ 37.2″ E 5° 12′ 15.6″

Inscription : Flanc droit de la 10e brigade d’infanterie, 5e U.S. division, le 1e novembre 1918 ; limite sud du secteur de la division avant le passage forcé de la Meuse.

6. À la gare de Brieulles.
Coordonnées : N 49° 20′ 08″ E 5° 11′ 11.5″

Inscription 1 : À l’opposé de ce point, le 6e régiment d’infanterie, 10e brigade, força le passage de la Meuse et du canal, le 4 novembre 1918, devenant ainsi les premières troupes alliées à traverser la Meuse, en phase finale de l’offensive Meuse-Argonne.
Inscription 2 : À l’opposé de ce point, la compagnie F du 7e régiment du génie lança des ponts légers pour l’infanterie d’assaut, à travers la Meuse et le canal, les 3 et 4 novembre 1918.
Inscription 3 : Simultanément au passage des bataillons d’assaut, les compagnies A et C du 7e régiment du génie, lancèrent un pont lourd à travers la Meuse et le canal, à l’opposé de ce point, les 4 et 5 novembre 1918.

7. Sur la nationale Liny-Verdun, au point : 16.6-86.7
Coordonnées : N 49° 20′ 10″ E 5° 13′ 48.3″

Inscription : À l’aube du 5 novembre 1918, une tête de pont était solidement établie sur la Meuse par le 6e régiment d’infanterie, 10e brigade, 5e U.S. division, s’étendant au delà de la route et incluant le bois de Châtillon.

8. Sur la dérivation vers Vilosnes haut, route Verdun-Dun, au point 18.2-84.7.
Coordonnées : N 49° 20′ 08.8″ E 5° 13′ 47.5″

Inscription : Le 6 novembre 1918, un détachement du 6e régiment d’infanterie, 10e brigade, 5e U.S. division, attaqua l’ennemi par le flanc et par l’arrière, forçant son repli du front de la 15e division coloniale française, et permettant, plus tard, la traversée de la Meuse et l’entrée dans Vilosnes.

9. Sur la route Cléry-le-Petit-Brieulles, au point 14.7-88.3.
Coordonnées : N 49° 21′ 55.4″ E 5° 10′ 50.2″

Inscription 1 : Site du passage de la Meuse et du canal par la 9e brigade d’infanterie commandée par le brigadier général J.C. CASTNER, les 4 et 5 novembre 1918
Inscription 2 : Ponts légers à travers la Meuse et le canal, construits par la compagnie D du 7e régiment du génie américain, les 4 et 5 novembre 1918, à l’usage de la 9e brigade d’infanterie.
Cléry-le-Petit, capturé par les compagnies A et H du 60e régiment d’infanterie de la 5e U.S. division, le 2 novembre 1918.

10. Sur la route Dun-sur-Meuse-Verdun, avant Liny-devant-Dun, au point 15.5-88.2.
Coordonnées : N 49° 21′ 48.4″ E 5° 11′ 33.4″

Inscription 1 : Site de ponts légers à travers la Meuse et le canal pour les troupes à pied de la 9e brigade d’infanterie, 5e U.S. division, construits par la compagnie D du 7e régiment du génie, les 4 et 5 novembre 1914
Inscription 2 : Cote 292 et pente nord de la cote 260 capturées par les troupes de la 9e brigade d’infanterie commandée par le lieutenant-colonel L.A. Mc CLURE, 5e U.S. division, le 5 novembre 1918.

11. Sur la route Villers-devant-Dun-Doulcon, au point 10.7-90.6
Coordonnées : N 49° 23′ 06.6″ E 5° 07′ 36.9″

Inscription 1 : Point d’inflexion de la 5e U.S. division, du nord vers l’est, lors du passage forcé de la Meuse, le 3 novembre 1918.

Cuvette prise le 3 novembre 1918, par le 1er bataillon du 61e régiment d’infanterie, commandé par le capitaine M.E. OLMSTEAD.

12. Dérivation sur la route Doulcon-Dun-sur-Meuse, au point 13.8-90.1.
Coordonnées : N 49° 22′ 52.6″ E 5° 10′ 09.7″

Inscription 1 : Doulcon, capturé le 3 novembre 1918, par la compagnie C du 61e régiment d’infanterie de la 5e U.S. division.
Inscription 2 : Ponton renforcé à travers la Meuse pour le transport des trains de munitions et de ravitaillement, construit les 5 et 6 novembre 1918, par le 7e régiment U.S. du génie et les troupes associées.

13. Sur la route Sassey-Doulcon, au point 14.2-91.6.
Coordonnées : N 49° 23′ 47.1″ E 5° 10′ 27.8″

Inscription : Limite nord de l’avance de la 5e U.S. division avant de traverser la Meuse, les 4 et 5 novembre 1918.

14. Sur la route Dun-sur-Meuse-Verdun, au point 15.0-90.3.
Coordonnées : N 49° 22′ 53.6″ E 5° 11′ 07.5″

Inscription 1 : Dun-sur-Meuse capturé le 5 novembre 1918, par le 2e bataillon du 61e régiment d’infanterie de la 5e U.S. division, commandé par le major A.N. STARK Jr.
Inscription 2 : Site d’un ponton renforcé à travers la Meuse, pour le passage des trains de munitions et de ravitaillement de la 5e U.S. division et du 3e corps d’armée U.S., construit par le 7e régiment du génie et les troupes associées, les 5 et 6 novembre 1918.
Inscription 3 : Des compagnies du 14e bataillons de mitrailleuses étaient associées aux bataillons d’infanterie de la 9e brigade lors de l’offensive Meuse-Argonne.

15. Sur la route Dun-sur-Meuse à Verdun, croisement route de Milly, au point 15.8-92.3.
Coordonnées : N 49° 24′ 05.5″ E 5° 11′ 42″

Inscription 1 : Avant-poste du 61e régiment d’infanterie de la 5e U.S. division, du 5 au 7 novembre 1918.
Inscription 2 : Milly-devant-Dun, capturé par le 2e bataillon du 61e régiment d’infanterie de la 5e U.S. division, le 5 novembre 1918.

16. Monument de la cote Saint Germain cote 350
Coordonnées : N 49° 24′ 36.8″ E 5° 15′ 09.5″

Inscription 1, face au Sud : Murvaux, P.C. le plus avancé de la 5e U.S. division commandée par le major général Hanson E. ELY, le 11 novembre 1918.
Inscription 2, face au Nord : Unités de la 5e U.S. division (Red Diamond)

 9e brigade d’infanterie 61e régiment d’infanterie
10e brigade d’infanterie  7e régiment du génie
3e brigade d’artillerie 9e bataillon de transmission
6e régiment d’infanterie 76e régiment d’artillerie
11e régiment d’infanterie 77e régiment d’artillerie
60e régiment d’infanterie 13e régiment d’artillerie

Inscription 3, face à l’Ouest : Cote Saint-Germain, capturée par les troupes de la 9e brigade d’infanterie commandée par le brigadier général J.C. CASTNER, le 6 novembre 1918.

17. Au croisement des routes au nord de Brandeville, au point 24.4-92.7.
Coordonnées : N 49° 24′ 53.4″ E 5° 19′ 03.5″

Inscription 1 : Le P.C. de la 10e brigade d’infanterie de la 5e U.S. division, était dans Brandeville au moment de l’armistice, le 11 novembre 1918.
Inscription 2 : Brandeville et les hauteurs environnantes furent capturées, le 8 novembre 1918, par le 11e régiment d’infanterie, 10e brigade, 5e U.S. division.

18. À Mouzay sur la route Mouzay-Dun-sur-Meuse, au point 17.6-98.8.
Coordonnées : N 49° 27′ 39.5″ E 5° 12′ 58.4″

Inscription 1 : Mouzay capturé par les compagnies L et M du 61e régiment d’infanterie de la 5e U.S. division, le 9 novembre 1918. Compagnies commandées par le capitaine C.E. MARTIN.
Inscription 2 : 700 femmes et enfants français ont été libérés par la 5e U.S. division, le 9 novembre 1918.

19. À la sortie Sud de Jametz, au point 329.5-94.5.
Coordonnées : N 49° 25′ 25.8″ E 5° 23′ 02.4″

Inscription : Jametz, capturé par la 10e brigade de la 5e U.S. division, commandée par le brigadier général Paul B. MALONE, marque le point le plus avancé vers l’Est de l’avance des armées alliées lors de l’offensive Meuse-Argonne.

20. À la sortie nord de Jametz vers Rémoiville, au point 329.5-95.7.
Coordonnées : N 49° 26′ 02″ E 5° 22′ 46″

Inscription : Ce point marque la ligne d’avant-poste du 6e régiment d’infanterie commandé par le colonel H.J. HUNT, au moment où l’armistice a été déclaré, le 11 novembre 1918, à 11 heures.
Sur le losange rouge apparait : « Major General H.E. ELY, Commanding.

21. Au croisement au-dessus de Rémoiville, au point 328.2-96.7.
Coordonnées : N 49° 26′ 44.6″ E 5° 21′ 53″

Inscription : Remoiville et Louppy furent capturés par le 11e régiment d’infanterie, commandé par le colonel R.H. PECK, 10e brigade, 5e U.S. division. Ce point marque la ligne extrême atteinte par l’armée américaine au moment de l’armistice, le 11 novembre 1918, à 11 heures.

22. Sur la route de Louppy à Juvigny près de la ferme de Hugne, au point 26.4-97.6.
Coordonnées : N 49° 27′ 04.5″ E 5° 20′ 21.1″

Inscription : Avance extrême du 60e régiment d’infanterie de la 5e U.S. division, commandé par le colonel F.B. HAWKING, au moment de l’armistice, le 11 novembre 1918, à 11 heures

23. Sur la butte au-dessus de Juvigny, route Louppy-Baalon, au point 325.8-98.2.
Coordonnées : N 49° 27′ 23.1″ E 5° 19′ 46.5″

Inscription : Avance extrême de la 9e brigade d’infanterie, 5e U.S. division, commandée par le brigadier général J.C. CASTNER, le 11 novembre 1918.

24. Sur les hauteurs au-dessus de Han-les-Juvigny, route Louppy-Baalon, au point 23.8-99.7.
Coordonnées : N 49° 28′ 11.8″ E 5° 18′ 16.8″

Inscription : Avance extrême du 61e régiment d’infanterie de la 5e U.S. division, commandé par le colonel P.B. PEYTON.


Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *

Au combat ou sous l'occupation ; Haut les coeurs !

Back to the top