Bataille de la Somme en détail

Bataille de la Somme (1er juillet au 18 novembre 1916)

Projet d’offensive conjointe

Après la stabilisation du front en fin 1914 et les terribles offensives d’Artois et de Champagne de 1915, JOFFRE souhaite lancer une attaque conjointe sur tous les fronts. La conférence interalliée à Chantilly, les 6 et 7 décembre 1915, dont le principal objectif est de coordonner les opérations alliées, débouche sur la décision de mener plusieurs attaques simultanées, à l’Est et à l’Ouest, dans le but de diviser les moyens en hommes et en matériel de l’ennemi. L’effort principal portera sur un front resté relativement calme jusqu’ici ; la Somme. C’est dans cette région que s’opère la jonction des troupes françaises et britanniques. Pour permettre aux Russes, en pleine période de réarmement et de réorganisation, de lancer une vaste offensive sur le front est, l’opération ne peut être programmée avant l’été 1916.

En 1916, l’armée britannique se compose essentiellement de volontaires sans expérience du Royaume-Uni et des dominions. Des troupes professionnelles, il ne reste plus grand-chose après les terribles combats d’Artois et des Flandres de fin 1914 et 1915. Du côté britannique, le maréchal FRENCH est remplacé par le général HAIG, le 19 décembre 1915, et le général FOCH commandant du Groupe d’Armées Nord, est nommé  responsable de l’opération du côté français. Une divergence de vues entre JOFFRE et HAIG se manifeste sur la façon de préparer l’offensive par des actions de diversion et d’affaiblissement. Joffre souhaite que les Britanniques lancent de grosses attaques à objectif limité avant l’offensive conjointe alors que HAIG préfère mener de petites actions ponctuelles à gain appréciable. Le premier veut affaiblir l’ennemi avant le grand choc, le second préfère économiser ses moyens et préserver le moral de ses troupes.

La deuxième conférence de Chantilly du 14 février 1916, fixe la date du 1er juillet 1916 comme début de l’offensive. JOFFRE consent à se passer de l’attaque de printemps qui lui tenait à cœur mais accepte le principe d’une opération préliminaire précédant d’une à deux semaines l’attaque décisive. Il est convenu qu’en cas d’attaque préventive des forces centrales, les Alliés déclencheraient immédiatement et simultanément leur attaque sur les fronts préalablement déterminés quelque soit l’état de préparation de leurs unités.

animated-gifs-under-construction-229

Sources :

  • AFGG T4V1, T4V2
  • Wikipedia.org
  • Wikimedia common

Au combat ou sous l'occupation ; Haut les coeurs !

Back to the top