Dernière lettre d’Henri ALCHAME

Lettre trouvée dans le portefeuille de l’aspirant Henri ACHALME (9 juin 1894-16 juin 1915)

Cette lettre a été écrite en prévision d’une mort prochaine.

14 juin,

Mes CHÉRIS,

Ne pleurez pas. Pendant toute ma vie, j’ai été heureux autant qu’on peut le rêver, autant, je crois, qu’on peut le réaliser et c’est vous qui m’avez tout donné.

Je vous ai aimés de tout cœur, de toutes forces. Peut-être aurais-je souffert plus tard, et je m’en vais pour la plus belle cause : pour qu’en France on ait encore le droit d’aimer. J’espère être tombé face à la victoire. Alors, c’est bien !

Moi qui aurais tant voulu ne jamais vous faire de peine ! Enfin, puisque je ne laisse ni haines, ni dégoûts, que tout m’a semblé beau et m’a été doux, je m’en vais encore heureux, puisque, c’est pour permettre à d’autres de l’être. Comme c’était facile d’être heureux ! Dites-le à Jacquot.

Je vous aime et tout doucement je vous embrasse.

HENRI

Dites encore à mes amis, à tous ceux qui, de près ou de loin, m’ont un peu connu ou un peu aimé, que je les remercie de m’avoir permis de m’en aller en pouvant dire : “j’étais heureux !”

HENRI

Source : BNF GALLICA – La dernière lettre écrite par des soldats tombés au champ d’honneur 1914-1918

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *