BASQUIN Louis Edmond (06/2016)

medaillon-inconnuBASQUIN Louis Edmond

Soldat au 340e R.I., 6e compagnie de mitrailleuses

Mort pour la France

Inscrit sur le M.A.M. de Stenay et sur la plaque commémorative de l’église Saint-Grégoire.

Biographie

BASQUIN Louis Edmond est né le 1er mai 1898 à Neuville-Day (08). Fils d’Eugène et de DUPONT Ernestine, il est célibataire et exerce la profession de boulanger à Besançon où il réside au moment de son incorporation. Il est tué près de Fontaine-notre-Dame (02),  le 12 octobre 1918.

Parcours militaire

Incorporer au 133e R.I., le 17/04/1917, il participe aux combats de Champagne dans la région de Souain.

Il passe  au 23e R.I. ,  le 19/10/1917, au sein duquel il occupe les secteurs de Tahure, en Champagne, de Bauzemont, en Lorraine, et de Locre dans les Flandres.

Muté au 340e R.I. , le 15/05/1918, il participe au combat de Moreuil, dans la Somme, et à celui de Montigny-le-Court, dans l’Aisne, au court duquel il est tué.

Soldats et sergents du 340e R.I.
Soldats et sergents du 340e R.I.
IGN, région de Montigny-en-Arrouaise
IGN, région de Montigny-en-Arrouaise

Le 10 octobre 1918, le 340e R.I. se porte sur Montigny par Marcy, Fontaine-notre-Dame et Fieulaine. Successivement, les villages désertés par l’ennemi qui rompt le combat, sont conquis.
Les lisières nord et nord-est de Montigny-en-Arrouaise sont atteintes mais l’avant-garde du régiment ne peut progresser. Les occupants des hauteurs de Montigny-le-Court et des cotes 130 et 153 opposent une sérieuse résistance.
En fin de journée, la ligne des avant-postes reste au contact des Allemands au nord et au nord-est de Montigny-en-Arrouaise.
Le 11 octobre, l’attaque sur Montigny-le-Court est reprise. Malgré quelques succès ponctuels dans le village, la progression demeure difficile.
Vers midi, le 5e bataillon réussit à dépasser le bourg de 200 mètres, mais il est arrêté par les feux nourris des mitrailleuses placées sur les hauteurs de 153 et à la lisière sud de Bernoville.

Combats de Montigny-le-Court en 1918
Combats de Montigny-le-Court en 1918

Le 4e bataillon prend le relai et réalise quelques progrès sans toutefois atteindre les cotes 153 et 130.
Le 6e bataillon se porte à droite du 4e, pour couvrir son flanc et établir la liaison avec la division voisine (169e D.I.). En fin de journée, la situation n’est pas sensiblement modifiée.

Saint-Quentin en ruines
Saint-Quentin en ruines

Le 12 octobre, les 4e et 6e bataillons du 340e R.I. se trouvent en premières lignes, au nord-est de Montigny-le-Court. Les reconnaissances rapportent que la lisière sud de Bernoville, la cote 153 et le point 7041 sont fortement occupés par l’ennemi.
Dans la matinée, l’attaque est déclenchée. Le premier objectif fixé à ces deux bataillons est la croupe de la cote 153.
À 12 h 40, les éléments de 1re ligne sont arrêtés sur les pentes est de la cote 130. La progression s’effectue lentement, l’avance extrême réalisée en fin de journée se trouve à 150 mètres à l’ouest de la cote 153.
BASQUIN Louis Edmond est mortellement blessé au cours des combats de Montigny-le-Court. Transporté au poste de secours de Fontaine-notre-Dame, il décède le 12 octobre 1918. Inhumé dans un premier temps au cimetière de Seraucourt, près de Saint-Quentin, on ne lui connait pas de sépulture nominative.

Nous n’avons pas trouvé de trace de citation ni de décoration.

Sources :

  • A.D.55
  • A.D.08
  • A.M. Stenay
  • Memorialgenweb
  • Chtimiste
  • Mémoire des Hommes
  • jmo du 340e R.I.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Captcha *