BASQUIN Léon (05/2016)

medaillon-inconnuBASQUIN Léon

Sergent au 120e régiment d’infanterie

Mort pour la France

Med mil

Inscrit sur le M.A.M. de Stenay et sur le marbre de l’église Saint-Grégoire

Biographie

BASQUIN Léon est né à Neuville-Day (08). Fils de Eugène, forgeron à Sambre et Meuse, et de DUPONT Ernestine, il exerce la profession de raboteur sur métaux et est célibataire au moment de son incorporation. Il est tué en opération, le 6 mai 1917, à Sapigneul dans la Marne.

Parcours militaire

BASQUIN  Léon est recruté à Mézières sous le matricule 379 en 1913. Sa fiche matricule est envoyée à Bar-le-Duc lors de la réorganisation après  guerre et est renumérotée 2624.

Il est incorporé au 120e R.I., le 26 novembre 1913. Il est promu caporal le 30 janvier 1915 puis sergent, le 13 mars 1915. Il participe aux campagnes de son régiment et montrera un comportement exemplaire qui lui vaudra une citation. Lors de la bataille de la Marne, il est blessé à Sermaize, le 8 septembre 1914, puis deux fois de suite en Argonne, en novembre 1914.

Évacué pour maladie, il rejoindra le dépôt des éclopés, le 18 novembre 1915. Parti du dépôt divisionnaire de la 4e D.I., il rejoint son régiment le 26 septembre 1916.

En mars 1917, il participe aux combats de Sapigneul.

Geoportail IGN 2002 Sapigneul
Geoportail IGN 2002 Sapigneul

Le 4 mai 1917, le 120e R.I. se porte en 4 vagues successives, à l’attaque des tranchées allemandes à l’est de Sapigneul. Les 4 premières compagnies d’assaut accompagnées de 4 sections de mitrailleuses, occupent les premières positions allemandes.
À gauche, le 51e R.I. soumis à un important tir de barrage et à droite le 18eB.C.P., ne peuvent atteindre leurs objectifs. Non protégé sur ses flancs, le 120e R.I. ne peux plus progresser. Les 6e et 7e compagnies se portent en avant malgré le déluge de balles et de grenades, et réussissent à gagner du terrain vers la tranchée du Taube et le boyau des Avions. Malheureusement, prises sous un feu croisé provenant du mont Sapigneul, du boyau des Avions, du bois en dentelle et cernées de toutes parts, ces compagnies disparaissent définitivement du paysage.

Attaque sur les tranchées de Sapigneul
Attaque sur les tranchées de Sapigneul

De 7 h 30 à 9 heures, les unités du 120e R.I. qui occupent les lignes allemandes sont bloquées sur place par les tirs ennemis. Elles ne peuvent plus tenir le terrain conquis et se replient sur leur ligne de départ. Les pertes sont énormes ; toute la nuit, des blessés sont ramenés du front en un cortège continu.

Tranchée de l'écluse à Sapigneul
Tranchée de l’écluse à Sapigneul

Des prisonniers allemands rapportent que leurs installations n’ont que peu souffert des tirs de l’artillerie française.
Les journées des 5 et 6 mai sont consacrées à la remise en état des tranchées, sous un bombardement incessant. Le lieutenant-colonel FORLOT quitte son poste de combat et regagne son P.C. au croisement de la route N244 avec la route de Sapigneul à Cormicy.
Durant la nuit, les 5e et 3e compagnies relèvent, en première ligne, les éléments restants des 6e et 11e compagnies.
BASQUIN Léon est tué au cours des travaux ou de la relève.

Ruines de la sucrerie de Berry-au-Bac
Ruines de la sucrerie de Berry-au-Bac

Décoration et citations

Médaille militaire

Citation à l’ordre du corps d’armée

‘‘Sous officier très brave. Le 4 mai 1917, a conduit brillamment ses grenadiers à l’attaque. Tombé glorieusement dans les tranchées ennemies.’’

BASQUIN Léon n’a pas de sépulture connue.

Sources :

  • A.D.55
  • A.D.08
  • A.M. Stenay
  • Memorialgenweb
  • Chtimiste
  • Mémoire des Hommes
  • jmo et historique du 120e R.I.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *