CLAMART Pierre Camille

Pas de photo du soldat
Pas de photo du soldat
CLAMART Pierre Camille

Sergent au 165e régiment d’infanterie

Mort pour la France

Inscrit sur les M.A.M. de Stenay et de Laneuville, sur le marbre de l’église Saint-Grégoire, sur la plaque commémorative de la mairie de Bar-le-Duc et sur la plaque de l’église Saint-Antoine.

Biographie

CLAMART Pierre Camille est né à Stenay le 26 décembre 1887. Fils de Jean-Baptiste Eugène, garde particulier et de BAUCART Marie Adélaïde Octavie, il fréquente l’École Normale de Commercy de 1903 à 1906 et obtient le Brevet Supérieur. Il s’engage dans l’armée et effectue son service militaire de 1906 à 1907 (pas encore de loi des 3 ans).

Il est nommé instituteur adjoint à l’école de la ville basse à Verdun qu’il rejoint en octobre 1907 et où il passe son C.A.P. avec succès. Il exerce comme titulaire à l’école de Moulainville.

En octobre 1911, il obtient un poste à l’école Paulin-Gillon, à Bar-le-Duc. Il se marie avec SIMON Maria Julie Alixe, institutrice,  qui lui donne une fille, Paulette née le 26 mai 1912(1).

Mobilisé en 1914, il est tué le 14 décembre 1914 à Ornes (Meuse). Continuer la lecture de CLAMART Pierre Camille

De PONTON D’AMECOURT Henry

Mort de De PONTON D’AMÉCOURT Henry

Retranscription d’un extrait du document que m’a communiqué un ami du forum 14 18 et dont j’ai perdu le nom. S’il reconnaît ici le document,   je le remercie de me contacter pour que j’inscrive son nom au bas de cet extrait. Je n’ai retouché ni le fond ni la forme du document.

De PONTON D’AMÉCOURT n’a pas de lien direct avec Stenay mais il accompagnait Georges MARTINOT lorsqu’ils ont été abattus au-dessus du bois de Saint-Pierre Vaast. Le récit de son décès décrit implicitement celui de Georges MARTINOT.

De PONTON D'AMECOURT Henri
De PONTON D’AMECOURT Henri

De PONTON D’AMÉCOURT Henry

Lieutenant Pilote, commandant l’escadrille V.211

27 janvier 1893- 26 septembre 1916

[…]

La F.211 sur la Somme.

C’est le 9 août, que la 211 arrive enfin à Chipilly, secteur aéronautique du 7e Corps, au nord de la Somme. Le jour même, Henry la rejoint, en reprend le commandement, et l’installe avec sollicitude, préparant son travail avec le capitaine Pastier, commandant le secteur. Continuer la lecture de De PONTON D’AMECOURT Henry

Sauver les tombes de nos héros

Je retranscris, ici, le message du Président Général du Souvenir Français, pour le 1er novembre 2017, paru dans la revue trimestrielle n° 508. Nous, Stenaisiens, sommes directement concernés par son contenu car plus de la moitié des tombes de soldats morts pour la France inhumés en sépulture familiale dans notre cimetière communal, a disparu et une bonne partie de celles qui restent, se trouve dans un état de déshérence tel qu’on peut craindre de les voir disparaître dans un avenir proche. Continuer la lecture de Sauver les tombes de nos héros

Souvenir de guerre de C.TUOT (3)

Habitant de Luzy-Saint-Martin, Charles TUOT raconte le combat de Luzy et l’occupation de Martincourt-sur-Meuse comme les ont vécus  les villageois. Le texte retranscrit par l’abbé MELLIER est édité ci-après  sans retouche du fond et de la forme.

Au bout d’un moment, je demandais à un des soldats qui nous gardait pour entrer dans la grange voisine, mais il me fit remarquer une lucarne qui se trouvait dans le fond et par laquelle les balles pourraient entrer et ricocher. Nous attendîmes un bon moment au bout duquel on nous fit passer dans la grange en face, nous faisant asseoir contre le mur. Pendant ce temps, l’incendie allumé par la main des Allemands faisait rage dans le village. Les maisons flambaient l’une après l’autre et lorsque nous descendîmes dans le bas du village vers six heures du soir, nous vîmes que des dégâts irréparables étaient faits. Lire la suite

CLAISSE Robert Théophile

CLAISSE Victor Théophile

Chasseur au 16e bataillon de chasseurs à pied

Mort pour la France

Inscrit sur le MAM de Stenay et sur le marbre de l’église Saint-Grégoire.

Biographie

CLAISSE Robert Théophile est né à Stenay, le 10 avril 1895. Fils de Jean-Baptiste, cultivateur, et de MALOT Catherine Victorine, il exerce la profession de cultivateur au moment de son recrutement. Célibataire sans enfant, Il est incorporé au 161e R.I. en décembre 1914. Passé au 16e B.C.P en juin 1915, il est tué en action, le 30 juin 1915. Lire la suite

CHARY Louis Victor (03/2017)

CHARY Louis Victor

Sous-lieutenant à la 1re compagnie de mitrailleuses du 9e B.C.P.

Mort pour la France

Inscrit sur le MAM de Stenay, sur le marbre de l’église Saint-Grégoire et sur la plaque commémorative d’Ollières.

Biographie

CHARY Louis Victor est né à Stenay, le 19 mai 1891. Fils de Camille Lambert, mouleur, et de PARMENTIER Joséphine Irma, il est célibataire au moment de la mobilisation générale. Engagé volontaire, il participe aux campagnes du 9e B.C.P. au sein duquel il sert. Il est mortellement frappé lors de l’offensive de l’Aisne, le 4 mai 1917. Lire la suite

BONNA Achille (02/2017)

BONNA Achille

Commandant chef de groupe au 25e régiment d’artillerie de campagne

Mort pour la France

Inscrit sur le M.A.M. de Stenay, sur le marbre de l’église Saint-Grégoire et sur le livre d’or de Sélestat.

Biographie

BONNA Achille est né le 21 décembre 1857 à Sélestat. Fils de Joseph Jean Pierre, limonadier,  et de DORLAN Valérie, il se destine à une carrière militaire. Il épouse GRENELLE Suzanne et habite Stenay. Nous n’avons pas d’information sur d’éventuels enfants qu’aurait eu le couple. Engagé dans la campagne contre l’Allemagne, il rejoint l’Armée d’Orient en 1915. Après une courte campagne dans la presqu’île de Gallipoli, il tombe malade et est acheminé en Tunisie où il trouve la mort, le 18 novembre 1915.

Lire la suite

Millard G. GREER (01/2017)

Pour changer un peu et en mémoire de l’entrée en guerre de l’armée américaine, en avril 1917, j’ai choisi de mettre à l’honneur un soldat des forces expéditionnaires américaines.

Soldat Millard G.GREER

Griévement blessé au combat près de Jametz

Millard G. GREER est né à Camp Hill, dans le comté de Tallapoosa, Alabama, en juin 1895. La famille GREER vivait déjà dans le comté d’Alabama avant la guerre civile. Le grand-père de Millard, John Wesley GREER, a servi dans l’armée du Tennessee, comme soldat, à la compagnie D du 34e régiment d’infanterie d’Alabama, brigade de Magnigault. La mort de John Wesley GREER tué en action à Erza Church, Georgie, le 28 juillet 1864, plongea la famille dans le plus grand désarroi. Lire la suite

BONHOMME Benjamin Basile (12/2016)

 

BONHOMME Benjamin Basile

Caporal au 147e régiment d’infanterie

Mort pour la France

Inscrit sur le M.A.M. de Stenay, sur le livre d’or  de Labastide l’Évêque et sur le marbre de l’église Saint-Grégoire.

Biographie

BONHOMME Benjamin Basile est né le 13 juin 1884 à Labastide l’Évêque (12). Fils de François et de VERGNES Rose, il habite à Rieupeyroux et exerce la profession de cultivateur au jour de son recrutement. On le retrouve à Stenay en 1910 mais nous ne disposons, à ce jour, d’aucune information à propos de son travail et de sa situation de famille. Rappelé à l’activité au moment de la mobilisation générale, il disparait lors des combats de Champagne, en mars 1915. Il décède en captivité, le 22 mai 1915. Lire la suite

Charles COLLIGNON, extrait 2

Extrait du récit de Charles COLLIGNON “Inor mon village”

Charles COLLIGNON est un habitant d’Inor qui fut témoin indirect des premiers jours de l’occupation allemande dans cette localité. Il est bien connu à Inor pour avoir publié en 1964 un opuscule intitulé “Inor, mon village”. Le texte, ci-dessous, est retranscrit à l’identique de celui de l’opuscule.

[…] Le lundi 24 août, vers trois heures du soir, on vit descendre par le chemin de Montmédy des équipages de pont du génie. Ils traversèrent le village se dirigeant sur Beaumont. À ces questions posées “Où allez-vous ? Sommes nous donc battus ?” les soldats se contentaient de répondre par un haussement d’épaule qui ne disait rien mais qui disait tout.
Une heure plus tard, par le chemin de Malandry, ce sont des fourgons d’artillerie puis des canons qui, eux, se dirigent sur Stenay. Puis voici des soldats isolés, de tous les régiments, sans armes, débraillés, ce sont les fuyards, gens qui précèdent toujours les armées en retraite. Questionnez ceux de 1870, ceux de 1914, vous aurez toujours la même réponse : “Nous sommes battus, nous sommes trahis, etc.”. Lire la suite

Au combat ou sous l'occupation ; Haut les coeurs !

Back to the top